26/04/2015

La femme qui décida de passer une année au lit

 Ce titre et moi on n'était pas vraiment fait pour s'entendre.
Décanillée tôt et couche tard.
Eva aux antipodes.
Il y a de ces lectures qui tombent à pic.
Si je l'avais lue avant. Si je l'avais laissée traîner. Elle n'aurait pas eu le même sens. Elle m'aurait peut être même horripilée.
Eva. 50 ans. Mère au foyer. Un mari. Brian. Des jumeaux étudiants surdoués, Brian jr et Brianne.
Eva. Rangée, ordonnée, consciencieuse, appliquée, femme d'intérieur bien policé et d'extérieur bien lissé.
.." elle attrapa la casserole, sortit de la cuisine, gagna le salon, et renversa la soupe sur son précieux fauteuil. Puis elle monta à l'étage. Dans sa chambre, sans ôter ni ses vêtements ni ses chaussures, elle se mit au lit et y resta un an. "
Le sujet de la femme au foyer en pleine rébellion pré- ménopause n'est pas une nouveauté. La façon de le traiter l'est. Ce roman est une petite perle d'humour so British, et, by appointment  to me, il offre une galerie de personnages ciselés et une brassée de questionnements pas si loufoques sur le fonctionnement de couple et sur nos relations aux autres tout bêtement.
Eva fait le vide. Lit, chambre blanche. Une fenêtre sur l'extérieur - Un sycomore -
Son antre devient le centre névralgique de la maison. Les personnages s'y rencontrent. le mari et sa maîtresse, maman et belle-mère, un ouvrier, Alexander, le grand, qui deviendra rapidement l'ange -noir et rasta - d'Eva, la copine de fac manipulatrice, et puis le monde entier, attiré par cette femme qu'on dit sage et presque Sainte. Tous, sauf les enfants, nombrilistes et totalement insensibles !
La marche huilée de la maison tenue par Eva est chamboulée. Les gens insignifiants deviennent des essentiels, tandis que la famille proche ne compte plus vraiment. 
Le lit d'Eva c'est sa liberté de penser. Sa vie passée s'y raconte - Génialissime description des 24 heures  précédents Noël  - Sa vie présente s'y suspend pour mieux y dessiner sa vie future.
L'écriture de Sue Townsend - Auteur à succès pour ado - est simple et son texte est bourré de subtilités, traits d'humour et finesse d'esprit. Noms de personnages, acteurs, quiproquos, comique de situation et dialogues, l'humour Anglais charme le lecteur sans jamais en alourdir l'intrigue.
Eva me trouble, Brian me navre, les enfants m'attristent, l'ange noir me ravit. Je prends parti.
Eva fait une pause. Comme nous serions bien inspiré de le faire parfois, afin de s'interroger sur le poids que nous faisons porter aux autres mais aussi sur l'utilité d'une toute petite poussière de comportement, presque insignifiante et pourtant si lumineuse.
"La bienveillance…C'est ça hein ? La bienveillance, tout simplement "
"La femme qui décida de passer une année au lit"
Sue Townsend
Ed Charleston et en poche chez 10/18

8 commentaires:

  1. Merci pour ce partage!
    Oui, une telle pause, on aurait bien envie d'en faire parfois...

    RépondreSupprimer
  2. Je SAIS que je vais aimer ce livre - j'ai comme l'impression qu'il s'adresse directement à moi.... Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Je rajoute ce titre à ma to read list déjà longue...
    En tout cas, ça me parle! ;-)
    Les jeux de mots et subtilités se retrouvent dans la version française??
    Merci du partage et belle journée, debout!

    RépondreSupprimer
  4. Faire une pause ? oui, mais pas au lit pendant un an !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai du mal à imaginer rester une année au lit et comment en écrire tout un roman ... Ca m'intrigue ... Peut être pour cet été? D'ici là, je dévore la littérature enfantine pour l'école et je dois avouer que je me régale de quelques perles ... C'est parfois comme les jeux de société: de 10 à 99 ans!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi persuadée qu'il y a de très bonnes lectures à piocher chez les enfants - Et à commencer par Roald Dahl !- Bon, mais sinon, pour ce roman, c'est ce qui est épatant : On ne s'ennuie pas un seul instant et c'est très bien vu ! Une joli métaphore de la remise en question des grandes lignes de sa vie !

      Supprimer
  6. Je lis peu mais ce titre avait attiré mon attention.
    Je le lirai, merci de ton avis.

    RépondreSupprimer

Je sais que ce n'est pas si simple d'ajouter un commentaire sur blogger.
Je n'arrive parfois pas à vous identifier, et donc...à vous répondre!
Pour celles qui ont un blog, il faut cliquer sur "nom,url" et rentrer son pseudo et son adresse de blog (ou de site).
Pour les autres, "anonyme", et petit nom au bas du com (ou pas)
Plus d'excuse!
…La recrudescence des spam m'oblige à vous imposer l'épreuve supplémentaire de la "vérification des mots". J'en suis navrée.

En vous remerciant pour votre visite!